Yourproj e  c    t
Informatique
Loisirs & Logiciels
La reine des bois et la reine des prés
(Aruncus dioicus et Filipendula ulmaria)
Rosacées
Reine des bois (Aruncus dioicus) Rosacées Vue générale
Reine des prés (Filipendula ulmaria) Rosacées Vue générale
A chacune son empire
J’ai grand plaisir à vous présenter deux reines, deux plantes majestueuses. La reine des prés, qui étend son empire des prairies humides aux marécages en passant par le bord des cours d’eau, et la reine des bois, qui illumine lisières et sous-bois de sa splendide inflorescence blanc crème. Ces deux plantes de taille respectable, 1 à 2 mètres, nous en mettent plein la vue et pas seulement ! Les deux plantes émettent une douce et  agréable odeur, pénétrante diront certains. Leurs panaches vaporeux constitués de nombreuses petites fleurs blanches (plusieurs milliers pour la reine des bois) surclassent leurs concurrentes. Observez leurs statures, chacune à son style, mais quelle élégance… Le contraste entre le blanc de l’inflorescence et le vert abondant du feuillage accroit encore ce sentiment de volupté, il nous vient alors à l’esprit cette belle phrase d’André Gide : "C'est vers la volupté que s'efforce toute la nature."

De la spirée ulmaire à l’aspirine
La reine des prés est également nommée « Spirée ulmaire » en raison de la forme de ces fruits enroulés en spirales.
En 1835 Karl Löwig démontra que l’acide spirique extrait de la reine des prés est en fait de l’acide salicylique, molécule identifiée en 1829 dans l’écorce de saule. Par acétylation on obtient de l’acide acétylsalicylique qui n’est autre que l’aspirine, médicament bien connu pour ses  propriétés antalgiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires. Le mécanisme d’action de la molécule, inhibition des prostaglandines, ne sera compris qu’en 1971.
Reine des bois (Aruncus dioicus) Rosacées Inflorescence
Reine des bois
Comment distinguer ces deux rosacées ?
Comme je l’ai expliqué plus haut, elles ne vivent généralement pas dans le même milieu, l’habitat est donc un critère important. Concernant leur morphologie, les fleurs de la reine des bois sont plus petites et plus nombreuses, 4 mm contre 7 mm environ. La reine des prés se tient bien droite ; la reine des bois, sous le poids de son inflorescence, à tendance à se courber.  Dans les deux cas les feuilles sont imparipennées* et les folioles fortement dentées, mais chez la reine des prés de très petites folioles s’intercalent entre les plus grandes. L’inflorescence de la reine des prés est une grappe proche d’un corymbe*, celle de la reine des bois est composée de nombreux épis formant une panicule ample. Comme son nom latin l’indique, la reine des bois est une espèce dioïque, c'est-à-dire que les fleurs mâles et femelles ne sont pas sur un même pied, il est néanmoins possible de trouver des fleurs hermaphrodites.
Reine des prés (Filipendula ulmaria) Rosacées Inflorescence
Reine des prés
Composée pennée : se dit d’une feuille dont les folioles indépendantes sont disposées de part et d’autres de son axe principal.
Imparipennée : se dit d’une feuille composée pennée qui possède une foliole terminale (le nombre de folioles est donc impair). Au contraire une feuille paripennée ne possède pas de foliole terminale, son nombre de folioles est donc pair.
Corymbe : inflorescence caractérisée par le fait que toutes les fleurs s’épanouissent sur un même plan. Mais contrairement à l’ombelle les pédoncules floraux ne partent pas du même point sur la tige.
reine des bois (Aruncus dioicus) Rosacées couché de soleil
Photographies Thierry Pernot (Jura)
YOURPROJECT INFORMATIQUE  EURL au capital de 10 000€    Gérant: Thierry Pernot  Contact: yourproject@orange.fr  Siège social: 27 rue Saint-Georges 39360 Larrivoire    Siret: 51303003100019  NAF:6201Z  N° TVA: FR29513030031